L’Association Marguerite et Joseph Clauzet

Clocher de la Chapelle du PontC’est en 1991 que la commune de Leynhac devient propriétaire de la Chapelle Notre Dame du Pont que détenait alors une veille famille de la Châtaigneraie. Le Maire Monsieur CIPIERE profondément attaché à sa commune et à son patrimoine fût à cette époque à l’initiative de la création de « l’Association Marguerite et Joseph CLAUZET de Notre Dame du Pont » dans le but de restaurer, protéger et faire connaître la Chapelle et sa singulière histoire qui remonte au XII-ième siècle.

En effet c’est seulement en 1908 (il y a juste 100 ans) qu’un érudit Monseigneur THOMAS découvre à la bibliothèque du Vatican les biographies de deux moines Bertrand de GRIFFEUILLE (qui fut inhumé à N. D. du Pont) et Guillaume ROBERT, fondateurs de ce prieuré. C’est grâce à ces précieux documents écrits au début du XIII-ième siècle en langue latine, par un religieux du prieuré, et au cartulaire (recueil de titres relatifs aux droits temporels du monastère) de la chapelle retrouvé au même endroit que l’on a pu reconstituer les origines de Notre Dame du Pont.

Du XII- au XIII-ième siècle le prieuré occupé par les chanoines de St Augustin, a connu une extraordinaire vitalité. De nombreux et riches pèlerins venaient faire leur dévotion à N. D. du Pont et se montraient généreux. Le moyen âge est l’époque de grands pèlerinages.

Intérieur de la chapelleEnsuite le monastère va connaître des fortunes diverses : guerres de religion, grandes épidémies de peste (1524-1577). Puis, renouveau avec le règne d’Henri IV, suivi de nouvelles inquiétudes durant le XVIIIième Siècle à cause d’une tentative d’emprise temporaire des Jésuites.
La tourmente de la Révolution n’épargna pas Notre Dame du Pont. Le domaine fut vendu, puis transformé en auberge, et en 1895 racheté par le frère LAC qui entreprit de le restaurer. En 1899 on mit à découvert les fresques intérieures qui avaient disparu sous des couches d’enduits. Mais les travaux s’arrêtèrent et transformé en débarras, dépourvu de tout entretien, ouvert à tous les vents, l’édifice s’acheminait vers une disparition certaine, lorsqu’en 1964, il fut acquis par Marguerite CLAUZET, qui commença immédiatement les travaux les plus urgents.
De 1968 à 1970 les murailles vétustes furent confiées à des spécialistes des Beaux Arts qui remirent à jour et restaurèrent d’importants vestiges. La maison du Chapelain, mitoyenne de la Chapelle est plus récente (1741). Avec sa galerie couverte et à claire voie, elle ne manque pas de pittoresque.

Fresque de la chapelleFresque de la chapelle du Pont

Après ce bref et incomplet résumé de l’histoire de N. D. du Pont, nous voici donc en 2011, héritiers de plus de 800 ans d’histoire. Nous plongeons au cœur de nos racines chrétiennes avec ces moines intrépides, défricheurs, grands bâtisseurs si passionnants à découvrir. Puissions-nous regarder d’un œil averti et reconnaissant, ces murs chargés de prières et au-delà du murmure de la Rance, percevoir les psalmodies de Bertrand de GRIFEUILLE et ses compagnons.
Sur leurs traces « l’Association Marguerite et Joseph CLAUZET de notre Dame du Pont » veille et soutient les projets de Monsieur CAUMON, Maire de Leynhac et son Conseil Municipal.

Ses membres adhérents, conscients de la valeur de ce patrimoine unique dans la Châtaigneraie, sont le relais du XXI-ème siècle que Notre Dame du Pont attend pour rayonner davantage. Venez nous rejoindre !