L’ Association Communale de Chasse (l’ACCA)

Une ACCA pourquoi ?

La loi Verdeille fut votée le 10 Juillet 1962. Le 6 Octobre 1966, un décret paraît afin de mieux expliquer la loi. Toujours en vigueur la loi Verdeille a pour but de constituer des unités de gestion en matière de territoire de chasse et ainsi naquirent les Associations Communales de Chasse Agréées. Il faut dire qu’a l’époque du vote de la loi, la campagne française était très morcelée en une multitude de petites parcelles, ce qui empêchait toute gestion sérieuse et durable de la chasse.
Depuis les territoires concernés ont été regroupés et ont permis au gibier de se développer. Maintenant, il nous faut gérer aussi bien l’abondance (dégâts des sangliers et des cervidées) que la pénurie (lapin, faisans, perdreaux). Il faut aussi être très vigoureux dans la gestion du lièvre et du plan de chasse (chevreuil).

But de l’ACCA

Elle a pour but, dans le cadre du Code de l’Environnement, d’assurer une bonne organisation technique de la chasse, de favoriser sur son territoire le développement du gibier et de la faune sauvage dans le respect d’un véritable équilibre agro-sylvo-cynégétique, l’éducation cynégétique de ses membres, la régularisation des animaux nuisibles, le respect du plan de chasse et du schéma départemental de gestion. Elle a également pour objet d’apporter la contribution des chasseurs à la conservation des habitats nationaux de la faune et de la flore sauvage.
Son activité s’exerce dans le respect des propriétaires, des cultures et des récoltes. Elle est coordonnée par la Fédération Départementale des Chasseurs du Cantal.
Elle collabore aussi avec l’ensemble des partenaires du monde rural et surtout avec le monde agricole.